Louis XVI

Résumé

Louis XVI (Versailles, 23 août 1754 – Paris, 21 janvier 1793) a été roi de France et de Navarre de 1774 jusqu »à sa déposition en 1792 pendant la Révolution française, et son exécution l »année suivante. Son père, Louis, Dauphin de France, était le fils et l »héritier présomptif du roi Louis XV. À la suite de la mort de son père en 1765, Louis devient le nouveau dauphin et succède à son grand-père en 1774. Il était le frère aîné des futurs rois Louis XVIII et Charles X.

Né à Versailles, il a reçu le titre de duc de Berry. Après la mort soudaine de son père Louis Ferdinand, il devient le nouvel héritier de la France en 1765, et est couronné roi à l »âge de 19 ans. La première partie de son règne est marquée par des tentatives de réforme de la France conformément aux idéaux des Lumières. Il s »agit notamment d »abolir le servage, de supprimer la taille et d »accroître la tolérance envers les protestants. La noblesse française réagit avec hostilité aux réformes proposées et s »oppose avec succès à leur mise en œuvre. Il s »en est suivi un mécontentement croissant parmi les gens du peuple. En 1776, Louis XVI soutient activement les colons d »Amérique du Nord, qui cherchent à obtenir leur indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne, ce qui se concrétise par le traité de Paris de 1783.

La dette et la crise financière qui s »ensuivent contribuent à l »impopularité de l »Ancien Régime, qui culmine avec l »Estado General de 1789. Le mécontentement des classes moyennes et inférieures de la France se traduit par une opposition renforcée à l »aristocratie française et à la monarchie absolue, dont Louis et sa femme, la reine Marie-Antoinette, sont considérés comme les représentants. En 1789, la prise de la Bastille lors des émeutes de Paris a marqué le début de la Révolution française. L »indécision et le conservatisme de Louis ont conduit certaines perceptions du peuple français à voir en lui un symbole de la tyrannie de l »Ancien Régime, et sa popularité n »a cessé de se détériorer. Sa fuite désastreuse de Varennes en juin 1791, quatre mois avant la proclamation de la monarchie constitutionnelle, semblait justifier les rumeurs selon lesquelles le roi liait ses espoirs de salut politique à la perspective de quelque invasion étrangère. Sa crédibilité était extrêmement compromise. L »abolition de la monarchie et l »instauration de la république sont devenues des possibilités toujours plus grandes.

Dans un contexte de guerre civile et internationale, le roi est suspendu et arrêté lors de l »insurrection du 10 août 1792, un mois avant l »abolition de la monarchie constitutionnelle et la proclamation de la Première République française le 21 septembre. Jugé par la Convention nationale (autoproclamée tribunal pour l »occasion), il est reconnu coupable de haute trahison et exécuté sur la guillotine le 21 janvier 1793 en tant que citoyen français désacralisé sous le nom de « citoyen Louis Capeto », surnom en référence à Hugo Capeto, le fondateur de la dynastie capétienne – que les révolutionnaires ont interprété comme son nom de famille. Après avoir été initialement considéré à la fois comme un traître et un martyr, les historiens français ont adopté une vision générale différente de sa personnalité et de son rôle de roi, le décrivant comme un homme honnête animé de bonnes intentions, mais qui n »était pas à la hauteur de la tâche herculéenne qu »aurait été une réforme en profondeur de la monarchie. Il fut le seul roi de France de l »histoire à être exécuté, et sa mort mit fin à plus de mille ans de monarchie française continue.

Louis Auguste de France est né au château de Versailles le 23 août 1754, recevant le titre de duc de Berry. Parmi huit enfants, il était le quatrième enfant et le premier enfant mâle de Louis Ferdinand, Dauphin de France, et donc petit-fils de Louis XV et de sa consort, Maria Leszczyńska. Sa mère était Maria Josepha de Saxe, fille du roi Auguste III de Pologne.

Le dauphin a consacré sa vie à veiller à ce que ses enfants reçoivent le type d »éducation qui les préparerait à devenir des souverains bienveillants et de grande envergure. Il engagea le Duc de La Vauguyon pour diriger l »éducation, et leur père lui-même les écoutait réciter ses leçons deux fois par semaine afin d »être au courant de ce qu »ils apprenaient. Louis Auguste a eu une enfance difficile. Il passe les premières années de sa vie dans l »ombre de son frère de trois ans son aîné, Louis Joseph, duc de Bourgogne, qui est un « enfant exceptionnellement séduisant et précoce dont tout le monde pense qu »il sera un jour un grand roi ». Ces espoirs ont été déçus lorsqu »il est mort après avoir développé une tuberculose en 1761. Louis Augustus a passé une grande partie de son temps avec son frère malade pour lui tenir compagnie au cours de ses derniers mois, et cette perte a été particulièrement difficile pour le timide enfant de six ans qui se trouve maintenant dans une position inattendue. Depuis lors, on lui a appris à ne jamais remettre en question son devoir de diriger un jour son pays en tant que roi.

Il excelle dans ses études et a une préférence marquée pour le latin, l »histoire, la géographie et l »astronomie, et parle couramment l »italien et l »anglais. Il aime les activités physiques, comme la chasse avec son grand-père, et les jeux brutaux avec ses jeunes frères, Louis Stanislas, comte de Provence, et Charles Philippe, comte d »Artois. Dès son plus jeune âge, le duc de Berry est encouragé à pratiquer un autre de ses hobbies : la serrurerie, considérée comme un exercice « utile » pour un enfant.

Après le décès de son père, mort de la tuberculose le 20 décembre 1765, à l »âge de onze ans, il devient le nouveau Dauphin. Sa mère, qui ne s »est jamais remise de la perte de son mari, meurt de la même maladie le 13 mars 1767. L »éducation stricte et conservatrice qu »il reçoit du duc de La Vauguyon, des Enfants gouverneur de France, de 1760 jusqu »à son mariage en 1770, ne le prépare pas au trône dont il doit hériter en 1774 après la mort de son grand-père, le roi. Tout au long de son éducation, il a reçu une combinaison d »études spécifiques avec la religion, la morale et l »humanité. Ses instructeurs ont peut-être aussi contribué à faire de lui le roi indécis qu »il allait devenir. L »abbé Berthier, son instructeur, lui apprend que la timidité est un atout pour les monarques forts, et l »abbé Soldini, son confesseur, lui apprend à ne pas laisser les gens lire dans ses pensées.

L »Autriche et la France, ennemies de longue date, sont devenues alliées grâce au traité de Versailles, signé le 1er mai 1756 pour combattre la Prusse et l »Angleterre dans la guerre de Sept Ans. Un mariage politique avec l »une des filles de l »impératrice Marie-Thérèse était une condition de l »accord. Maria Antonia, la jeune archiduchesse autrichienne de 14 ans, avait été promise dans un mariage arrangé à Louis Auguste. L »union des deux jeunes hommes avait pour but de renforcer ce lien politique instable entre les nations. Alors que les dispositions relatives au mariage sont finalisées, la jeune future consort suit une formation rigoureuse pour devenir reine, apprenant l »histoire de France et améliorant ses compétences en français. Après un mariage par procuration le 21 avril, elle a quitté l »Autriche. Sur le chemin de Paris, sur une île neutre du Rhin, elle a été dépouillée de tous ses accessoires autrichiens. On l »habille de vêtements français et on lui donne une nouvelle identité – Marie-Antoinette. Elle a rencontré son fiancé de 15 ans, timide et maladroit, pour la première fois dans quelques jours. Leur mariage, qui a lieu le 16 mai 1770, avec feux d »artifice, banquets et invités arborant des diamants, est l »une des occasions les plus éblouissantes jamais célébrées au château de Versailles.

Ce mariage a été accueilli avec une certaine hostilité par le peuple français. A l »époque du mariage de Louis Auguste et de Marie-Antoinette, la nation dans son ensemble voyait d »un mauvais œil l »alliance autrichienne, et la Delphine était considérée comme une étrangère indésirable. Elle est arrivée devant un tribunal qui la considérait avec suspicion. Devenue de plus en plus impopulaire au cours des dernières années du règne de son mari, elle est souvent appelée « l »Autrichienne ». Elle était isolée des courtisans à Versailles. Pour les deux, cependant, le mariage a d »abord été amical mais distant. La timidité du dauphin et, entre autres facteurs, le jeune âge et l »inexpérience des jeunes mariés, qui étaient de parfaits inconnus l »un pour l »autre, ont fait que le jeune marié de 15 ans n »a pas pu consommer l »union avec sa partenaire d »un an plus jeune. Sa crainte d »être manipulé par elle à des fins impériales l »amène à se comporter froidement envers elle en public. Alors que Louis partage son temps entre la chasse et le gouvernement, Marie-Antoinette mène une vie à part dans l »immense palais. En tant que reine, elle ignore désormais les règles d »étiquette détestées et se consacre au divertissement. Elle a rassemblé autour d »elle un groupe de jeunes nobles qui jouaient des millions aux cartes. Le soir, elle assistait aux bals masqués, aux tables de jeu et aux soupers souvent accompagnés, tandis que le roi dormait d »un sommeil fatigué. Avec le temps, ils se sont rapprochés, cependant, alors que le mariage avait été déclaré consommé en juillet 1773, cela n »a pas eu lieu avant 1777. L »incapacité du couple à avoir des enfants pendant plusieurs années a mis à mal leur mariage. Les lettres de Marie-Antoinette à sa mère démontrent son profond désir d »avoir un enfant. Dans une lettre de l »ambassadeur autrichien Florimond de Mercy-Argenteau à l »impératrice Marie-Thérèse, quelques mois après l »arrivée de la future reine en France, il note la passion de la delphinine pour les enfants ; elle a laissé le fils de cinq ans de sa femme de chambre en chef vivre dans son appartement. La situation s »aggrave avec la publication de pamphlets obscènes (libelles) qui font la satire de l »infertilité du couple. L »un d »eux a demandé : « Le Roi peut-il le faire ? Le Roi ne peut-il pas le faire ? ».

Les raisons de l »échec initial du couple à avoir des enfants ont été débattues à l »époque, et elles continuent de l »être depuis. L »une des suggestions était que Louis Auguste souffrait de phimosis, une condition physiologique qui rendait les rapports sexuels douloureux. Cette suggestion a été faite pour la première fois à la fin de 1772 par des médecins royaux. Les historiens qui adhèrent à ce point de vue suggèrent qu »il a été circoncis pour atténuer cette condition sept ans après son mariage. Les médecins du Delphi n »étaient pas favorables à l »opération – l »opération était délicate et traumatisante, et susceptible de faire « autant de mal que de bien » à un homme adulte. L »argument en faveur du phimosis a été avancé par Stefan Zweig, qui est aujourd »hui connu pour avoir accordé une importance excessive aux données suggérant que Louis souffrait de cette affection, et supprimé d »autres preuves telles que des témoins donnant des explications différentes du problème sexuel du couple royal qui contredisaient son interprétation. Il en conclut que le problème a été résolu après que le roi a subi une opération, probablement une circoncision, en 1777, le premier enfant ayant été rapidement conçu. Il a également fait valoir que la frivolité notoire et le gaspillage de sa femme ont entraîné sa frustration sexuelle au cours des sept premières années de mariage.

La plupart des historiens modernes s »accordent à dire que Louis n »a pas subi l »opération – en 1777, l »envoyé de Prusse, le baron Goltz, rapporte que le roi de France a définitivement refusé l »opération. Le fait est que Louis a souvent été déclaré parfaitement apte aux rapports sexuels, ce qui a été confirmé par Joseph II, et que pendant la période où il était censé avoir subi l »opération, il est allé à la chasse presque tous les jours, selon son journal. Cela n »aurait pas été possible s »il avait subi une circoncision ; en tout cas, il n »aurait pas pu chasser pendant quelques semaines après. Les problèmes de consommation du couple sont aujourd »hui attribués à d »autres facteurs. Dans sa biographie de la reine, Antonia Fraser évoque la lettre que Joseph II a adressée à l »un de ses frères à ce sujet après sa visite à Versailles en 1777. Dans cette lettre, Joseph décrit avec franchise les performances étonnamment insuffisantes de Louis dans le lit conjugal et le désintérêt d »Antoinette pour les activités matrimoniales. Joseph décrit le couple comme « parfaitement confus » ; mais grâce à ses conseils, Louis commence à se consacrer plus efficacement à ses devoirs d »époux et, fin août, Marie-Antoinette et le dauphin consomment leur mariage.

Malgré toutes les difficultés rencontrées au début, le couple royal a eu quatre enfants. La femme de chambre de Marie-Antoinette, Madame Campan, a observé une fausse couche subie par la reine après la naissance de son premier enfant, un incident daté de juillet 1779 par une lettre de l »impératrice d »Autriche à la reine. Madame Campan affirme que Louis a passé toute une matinée à consoler sa femme à ses côtés, et à lui faire jurer de garder le secret vis-à-vis de tous ceux qui étaient au courant de l »incident. Marie-Antoinette fait une deuxième fausse couche au début du mois de novembre 1783. Avant sa fausse couche, la reine de France donne naissance en décembre 1778 au premier enfant du couple, une fille, Marie-Thérèse. Tous deux avaient de grands espoirs d »avoir un héritier mâle. Louis Joseph, né le 22 octobre 1781, fut le Dauphin, mais, en raison d »une santé fragile, pas pour longtemps, jusqu »à sa mort le 4 juin 1789 de la tuberculose. Louis Charles, parfois appelé Louis XVII, est né le 27 mars 1785 mais est mort en prison et sa jeune sœur Sophia Helena, née le 9 juillet 1786, est morte de la variole en bas âge un an plus tard. Seule Marie-Thérèse survit à l »enfance, ce qui entraîne des souffrances pour ses parents.

Lorsque Louis XVI monte sur le trône en 1774, il a 19 ans. Lors de son couronnement l »année suivante, il est monté dans un carrosse tiré par des chevaux ornés d »argent et d »or. Des soldats de la cavalerie royale et seize autres carrosses l »accompagnent jusqu »à la grande cathédrale de Reims. Comme les rois Bourbon avant lui, il régnera par « droit divin », la croyance qu »il a été placé sur le trône « par la grâce de Dieu ». Pendant des siècles, la cour de France a été l »une des institutions les plus importantes d »Europe. Elle était le centre du pouvoir en France alors que le pays était le centre du pouvoir sur le continent. À cette époque, il avait une énorme responsabilité, car le gouvernement était très endetté et le ressentiment à l »égard de la monarchie était en hausse. Le nouveau roi ne se sentait pas non plus qualifié pour le poste. Louis se concentre principalement sur l »uniformité religieuse et la politique étrangère. Bien que personne ne doute de la capacité intellectuelle du roi à gouverner la France, il est évident que, bien qu »élevé au rang de Dauphin depuis 1765, il manque de fermeté et de détermination. Son désir d »être aimé par son peuple est évident dans les préfaces de nombre de ses décrets qui expliquent souvent la nature et la bonne intention de ses actions au bénéfice du peuple. Il entendait gagner l »amour de son peuple par la restauration des parlements. Interrogé sur sa décision, il a répondu : « On peut considérer que c »est politiquement peu judicieux, mais il me semble que c »est la volonté générale, et je veux être aimé. » Malgré son indécision, il est déterminé à être un bon roi, déclarant qu »il « doit toujours consulter l »opinion publique ; elle ne se trompe jamais ». Il nomme donc un conseiller expérimenté, Jean-Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas, qui, jusqu »à sa mort en 1781, prendra en charge de nombreuses fonctions ministérielles importantes.

Louis XVI promulgue l »édit de Versailles, également connu sous le nom d »édit de tolérance, qui accorde aux Juifs et aux protestants (huguenots) français un statut civil à la portée des catholiques romains de France et leur garantit la liberté de pratiquer leur religion. À l »origine, les huguenots bénéficiaient des mêmes droits que les sujets catholiques français et étaient libres de pratiquer leur religion lorsque Henri IV a signé l »édit de Nantes (13 avril 1598), mais cette liberté a été révoquée par Louis XIV dans son édit de Fontainebleau (18 octobre 1685), également connu sous le nom d »édit de révocation. L »Assemblée française a rétabli les droits civils des huguenots en décembre 1789 avec la Déclaration des droits de l »homme et du citoyen ; toutefois, ce n »est qu »après la séparation complète de facto du gouvernement français et de l »Église catholique romaine, en 1905, que la liberté religieuse a été pleinement respectée en France. Ce document permet aux huguenots de travailler à leur propre compte dans 200 villes sous l »autorité de seigneurs protestants, tout en exerçant leur métier, en participant à l »ensemble du processus politique et en portant les litiges devant des tribunaux spéciaux, appelés Chambres de l »Edit, composés d »un nombre égal de juges catholiques et protestants. Louis n »aime pas le faste et souhaite que le service à sa cour soit « réduit à ce qui est absolument nécessaire ». Les postes ont été supprimés dans les années 1780. Environ un tiers de ceux qui existaient en 1750 ont disparu pendant son règne. Les frais de justice sont passés de 37 650 000 £ en 1786 à 31 650 000 £ en 1788. Le roi lui-même vérifiait les moindres détails des dépenses des petits appartements, responsables de l »hébergement et de la restauration. L »écurie voit son nombre de chevaux réduit de 2 215 en 1784 à 1 195 en 1787. La vie sociale à la cour se simplifie. Il était plus important que le gouvernement central, employant quelque 2 500 personnes dans la maison royale ; il y avait plus de 660 fonctionnaires dans les ministères entre Paris et Versailles. En outre, la famille royale était imposante et la tradition voulait que chacun de ses membres dispose d »un énorme personnel de maison pour souligner son importance. Selon l »historien Philip Mansel, « le nombre total d »officiers et de serviteurs à la cour en 1789 était probablement d »environ 6 000″. Même après ces réformes, peu de gens montraient du respect au roi, estimant que c »était un gaspillage d »efforts, car la famille royale parlait rarement aux personnes qui soutenaient la cour.

Les réformes financières radicales de Jacques Turgot et de Lamoignon de Malesherbes suscitent la colère des nobles et sont bloquées par les parlements qui insistent sur le fait que le roi n »a aucun droit légal de lever de nouveaux impôts. Puis, en 1776, Turgot est renvoyé et Malesherbes démissionne, remplacé par Jacques Necker, un réformateur suisse. Necker a soutenu la Révolution américaine et a mené une politique consistant à contracter de grands emprunts internationaux plutôt qu »à augmenter les impôts. Il tente de gagner la faveur du public en 1781 lorsqu »il publie le premier état des dépenses et des comptes de l »histoire de la couronne française, le Compte rendu au roi. Cela a permis au peuple français de se rendre compte de l »ampleur de la dette publique. Devant l »échec de cette politique, Louis le licencie et le remplace en novembre 1783 par Charles Alexandre de Calonne comme contrôleur général des finances. En août 1786, Calonne découvre l »effondrement financier imminent de la couronne. Il présente au roi un plan de réforme qui comprend une rénovation du système fiscal visant à éliminer les exemptions accordées au clergé et à la noblesse. La meilleure source de revenus fiscaux pour la couronne était l »impôt foncier, dont l »Église catholique, le plus grand propriétaire foncier de France, était exemptée. En outre, la plupart des nobles ne payaient pas cet impôt. Il souhaite soumettre sa réforme financière à l »Assemblée des notables, un groupe de nobles et de prélats choisis par le roi, en les convainquant d »approuver son programme avant décembre, car le pays est au bord de la faillite. Le 22 février 1787, l »Assemblée est ouverte. Dans son discours, Calonne présente le paquet de réformes et dénonce les différents abus qui pèsent sur la classe ouvrière de France. L »Assemblée était pleine de personnes qui ne pensaient pas que la crise financière était réelle. Sa popularité est devenue si faible qu »en avril, le roi le renvoie. Le 3 mai, il est remplacé par Étienne de Loménie de Brienne, archevêque de Toulouse, l »un de ses principaux opposants. Deux jours plus tard, Loménie de Brienne congédie l »Assemblée des Notables et entame une année houleuse comme ministre des Finances. L »Assemblée des notables rejette la majeure partie du programme de réforme de Calonne. Brienne est très intelligent et flexible, mais les membres de l »Assemblée n »approuvent pas l »impôt foncier qu »il juge nécessaire. Comme alternative, ils ont insisté pour que le roi leur fournisse des rapports financiers réguliers. De septembre 1788 à décembre 1789, une crise du pain avait mis à mal la stabilité sociale et policière du pays. La pénurie alimentaire résulte en partie du mauvais temps et des mauvaises récoltes entre 1787 et 1788, puis de l »hiver 1788-1789. Le manque de nourriture pour le peuple pèse sur le ministre Necker rétabli dans ses fonctions. Les quelque 60 000 cahiers de doléances constituent une riche source d »informations sur la condition sociale de la France à la veille de la Révolution. Ils soulignent l »urgence de réformer les privilèges du clergé et l »absolutisme de la monarchie ; mais, selon André Latreille, le peuple reconnaît encore la foi catholique romaine et, loin de critiquer sa domination, la considère comme une tradition du royaume. De même, selon Michel Vovelle, les listes manifestent une réaffirmation universelle de la fidélité à la monarchie.

À mesure que le pouvoir dérive de lui, des voix de plus en plus fortes s »élèvent pour lui demander de convoquer l »Assemblée des États généraux, ce qui n »était pas arrivé depuis 1614, au début du règne de Louis XIII. Il y a un énorme fossé entre l »aristocratie et la classe ouvrière, la propagation de la philosophie rationaliste des Encyclopédistes et une crise financière et industrielle, exacerbée par les relations des collecteurs d »impôts connus sous le nom de fermiers généraux. Autant de facteurs qui conduisent le monarque indécis à n »avoir d »autre choix que de décréter la convocation des États généraux le 8 août 1788. La date de la cérémonie est reportée au 5 mai 1789. Comme le note Mansel, à l »ouverture des États généraux, « la France était en extase », croyant entrer « dans une nouvelle ère de liberté et de prospérité » ; le discours du roi et la longue analyse du déficit budgétaire par le ministre Necker ont été interrompus « par des applaudissements répétés ». L »assemblée était divisée en trois ordres sociaux (le deuxième ordre, la noblesse, avec 270 représentants ; et le reste de la population, le tiers état, avec 578 délégués. Ce dernier groupe est légèrement plus nombreux que le clergé et la noblesse réunis, mais ses votes ne valent que la moitié de ceux des deux classes supérieures. Lorsque sa proposition que les votes des ordres soient comptés par tête est refusée, le tiers état se déclare unilatéralement Assemblée nationale constituante le 9 juillet.

Les mouvements de l »Assemblée nationale provoquent la colère du roi qui, le 20 juin, clôt la réunion des députés dans le hall de Versailles. Ils sont restés unis en prêtant un serment qui engage toutes les personnes présentes à produire une constitution pour la nation. Se préparant manifestement à toute éventualité, le roi ordonne l »envoi d »armées de cavalerie à Versailles et à Paris entre le 22 et le 26 juin, et le 1er juillet, alors que le nombre total de militaires assiégeant la capitale s »élève à vingt-cinq à trente mille soldats. Le 8 juillet, le député élu du tiers état Honoré Mirabeau croit fermement dans un discours dénonçant les troupes de Louis. Le roi a répondu qu »elles étaient nécessaires en raison des désordres dans la capitale, niant toute intention de perturber le travail des députés. Certains pensent que le roi prévoit d »écraser le mouvement populaire par un nouveau massacre de la Saint-Barthélemy et de dissoudre l »Assemblée nationale. Le 11 juillet, Louis renvoie unilatéralement Necker et plusieurs autres ministres avec lesquels il avait travaillé, sans informer la population de la raison ou de ce qu »il se proposait de faire. Le lendemain, il ordonne à une centaine de cavaliers allemands d »entrer dans Paris pour occuper la place du roi Louis XV. Alors que les soldats étaient assis sur leurs chevaux, une foule s »est rassemblée et a commencé à leur jeter des pierres. Il y a eu une mêlée au cours de laquelle trois soldats de la cavalerie sont morts et le reste s »est replié vers le corps principal sur le Champ de Mars. Après la lapidation des troupes du roi, la foule parisienne agitée pille les magasins, les cabanes à outils et les maisons à la recherche d »armes pour se défendre contre ce qu »elle perçoit comme un comportement menaçant de la part du roi et de sa troupe étrangère. Le 13 juillet, une nouvelle unité de la Garde nationale composée de la bourgeoisie parisienne s »organise pour créer une monarchie constitutionnelle. Ils se mêlent à la foule et aux diverses milices, composées de plusieurs électeurs des arrondissements de Paris qui ont été choisis comme députés pour représenter la ville aux États généraux. Les violences du 12 juillet stupéfient les députés modérés de Versailles. Ils ont envoyé une pétition au roi pour lui signaler la situation alarmante du Royaume de France. Au matin du 14 juillet, la foule parisienne, inquiète de la démission de Necker, de la présence de soldats étrangers dans la ville et des pénuries alimentaires, voit de plus en plus le roi Louis XVI comme son ennemi mortel. La foule prend d »assaut les postes de douane, le palais des Invalides et la Bastille à la recherche d »armes, de munitions, de céréales et de produits. La Bastille était une grande forteresse médiévale située dans l »est de Paris, considérée comme un symbole éminent du pouvoir militaire royal et une prison détestée au fil des siècles. Pierre-François Palloy, un constructeur local, a pris sur lui de démolir complètement la prison presque immédiatement après l »assaut. À sa place fut construite l »actuelle place de la Bastille. Au cours de la période de 1789 à 1791, l »Assemblée nationale transfère progressivement les pouvoirs du roi à l »Assemblée elle-même ou à ses ministres.

La Grande-Bretagne et la révolution américaine

L »une des décisions les plus importantes du conseil que Louis XVI a réuni a été de nommer le comte de Vergennes au poste important de ministre des affaires étrangères. Vergennes occupe ce poste de 1774 à sa mort en 1787. L »une de ses principales actions a été de soutenir les treize colonies américaines pendant les guerres révolutionnaires. À partir de 1781, il joue un rôle important dans les affaires intérieures de la France en tant que premier ministre du roi. Les traités d »alliance et d »amitié et de commerce signés avec les Américains en février 1778 ont favorisé l »aide française aux Treize Colonies à un moment critique de leur guerre d »indépendance. Alors que le cycle intellectuel libéral français soutenait la cause de l »indépendance américaine pour des raisons idéologiques, la couronne française était motivée par l »opportunité géopolitique de saper la position de la Grande-Bretagne dans le monde après sa conquête du Canada en 1763.

La même année, Louis déclare la guerre à l »Angleterre et engage les Français à combattre dans la Révolution américaine, une décision qui aura un impact profond sur son royaume. Selon l »écrivain et biographe Nancy Plain, « la Révolution américaine a suscité l »intérêt des Français pour la démocratie ». Les Parisiens sont fascinés par Benjamin Franklin, ambassadeur en France entre 1776 et 1785. « Franklin a parlé de la nouvelle république américaine, où les représentants élus obéissent à la volonté du peuple. » Les fonctionnaires français, comme le marquis de Lafayette, rentrent au pays en héros. Des copies de la Déclaration d »indépendance ont été traduites en français. Il semblait à beaucoup que les Américains mettaient en pratique les idées des Lumières en créant un gouvernement fondé sur la tolérance de la liberté. Il était question de changements similaires dans toute la France. En aidant les Américains, le roi tente d »accroître le commerce français en Amérique du Nord. Il voulait également blesser l »Angleterre en défaisant son pays lors de la guerre de Sept Ans, au cours de laquelle elle a perdu nombre de ses possessions coloniales au Canada, en Inde et dans les Antilles au profit des Britanniques. La guerre de Sept Ans a toutefois transformé un problème financier en une crise nationale. La dette nationale atteint 62 % du budget en 1763 et continue de croître en raison des intérêts à payer et d »un système fiscal incapable d »y faire face efficacement. La participation à la Révolution américaine a également laissé le pays encore plus endetté qu »auparavant. Le trésor royal était presque vidé. Le roi et son ministre des finances tentent d »imposer des taxes aux propriétaires fonciers, y compris le clergé et les nobles. Il tente de faire des réformes, mais se heurte à l »inflexibilité du Parlement de Paris, qui le traite de « despote » après ces propositions fiscales, et il lui est de plus en plus difficile de gouverner le pays.

Louis et Vergennes ne souhaitent pas déclarer ouvertement la guerre à l »Angleterre ni même faire apparaître clairement qu »ils aident les rebelles américains. Ils créent donc une société de commerce sous la direction de Pierre Beaumarchais et soutiennent les Américains par leur canal. À la fin de la guerre, cependant, la France fournit clairement des troupes et des navires pour aider la cause américaine. Les six mille hommes que le pays envoie finalement combattre dans le conflit comprennent plusieurs jeunes nobles idéalistes, comme Lafayette, qui partent en Amérique comme officiers. Le leadership et la main-d »œuvre offerts par le pays aux Américains ont joué un rôle important dans le succès de la guerre d »indépendance américaine. Les troupes françaises dirigées par le général Rochambeau ont aidé les armées de George Washington à forcer la reddition des forces britanniques lors de la bataille de Yorktown en 1781. Cette victoire, cependant, n »apporte que peu de bénéfices à long terme à la France.

Inde et Cochinchine

Louis XVI espérait profiter de la guerre d »indépendance américaine pour chasser les Britanniques de l »Inde. En 1782, il scelle une alliance avec le peshwa Madhu Rao Narayan. En conséquence, Charles Joseph Patissier, marquis de Bussy-Castelnau, déplace ses troupes à l »Île de France (aujourd »hui Maurice) et contribue ensuite à l »effort français en Inde en 1783. Pierre André de Suffren est devenu l »allié de Hyder Ali dans la deuxième guerre Anglo-Mysore contre la domination britannique en Inde entre 1782 et 1783, combattant la flotte britannique le long des côtes de l »Inde et de Ceylan.

La France intervient également en Cochinchine, suite à l »intervention du missionnaire catholique Pierre de Behaine pour obtenir une aide militaire. Une alliance entre la France et la Cochinchine a été signée par le traité de Versailles de 1787 entre Louis XVI et le prince Nguyễn Ánh. Le régime français subissant des pressions considérables, la France n »a pas été en mesure de donner suite à la mise en œuvre du traité, mais de Behaine a persisté dans ses efforts et, avec le soutien de particuliers et de marchands français, a rassemblé une force de soldats et d »officiers français qui ont contribué à la modernisation des armées de Nguyễn Ánh, contribuant à sa victoire et à la reconquête de tout le Vietnam en 1802.

Le roi encourage également les grands voyages d »exploration. En réponse immédiate au succès des voyages de James Cook, son favori Jean-François de La Pérouse a quitté la France en 1785 pour entreprendre ses propres voyages. La Pérouse, navigateur aux talents superlatifs, projette de répéter les exploits de Cook en parcourant le Pacifique. Il est passé au cap Horn et a dépassé Concepción, au Chili, avant de traverser l »île de Pâques et de mettre le cap sur les îles Hawaï. Il a atteint l »Alaska en passant par Maui en juin 1786. Son voyage se poursuit le long de la côte américaine du Pacifique et dans le Pacifique depuis la Chine, où il se trouve en Corée, à Macao et à Formose (Taïwan). En 1788, il atteint la péninsule de Camchaca, où il reçoit l »ordre du roi d »abandonner le reste de son itinéraire prévu et d »enquêter plutôt sur ce que font les Britanniques à Botany Bay.

Les soulèvements populaires et la période des Tuileries

Le 5 octobre 1789, une foule de travailleuses en colère, incitée par des révolutionnaires, marche sur Versailles, où vit la famille royale. Accompagnés de quelques hommes déguisés, ils étaient armés de fourches et de piques. À l »aube, ils s »infiltrent dans le palais et tentent de tuer la reine, associée à un style de vie frivole qui symbolise une grande partie de ce qui est méprisé par l »Ancien Régime. Après que la situation a été désamorcée par le marquis de Lafayette, qui dirigeait la Garde nationale, le roi et sa famille ont été conduits par la foule au palais des Tuileries à Paris. La France a connu des années de maigres récoltes, ce qui a entraîné une hausse du prix du principal aliment de base des villes, le pain. Lorsque les prix ont commencé à augmenter, le peuple est descendu dans les rues de Paris au nom de la Révolution. Le départ forcé de Versailles s »explique par l »opinion populaire selon laquelle le gouvernement, en particulier Louis XVI, avait perdu le contact avec les besoins du peuple en passant trop de temps loin de la capitale.

Les principes de souveraineté populaire de la révolution, bien que centraux pour les principes démocratiques des époques ultérieures, ont marqué une rupture décisive avec le principe monarchique absolu qui était au cœur du gouvernement français traditionnel. En conséquence, la révolution a été contestée par une grande partie des ruraux de France et par pratiquement tous les gouvernements des pays voisins. À mesure que la révolution se radicalise et que les masses deviennent plus incontrôlables, plusieurs figures de proue de la formation initiale de la révolution commencent à douter de ses avantages. Certains, comme Honoré Mirabeau, conspirent secrètement avec la couronne pour restaurer son pouvoir sous une nouvelle forme constitutionnelle.

Dès 1791, Montmorin, le ministre des Affaires étrangères, commence à organiser la résistance secrète des forces révolutionnaires. Ainsi, les fonds de la Liste civile, votés chaque année par l »Assemblée nationale constituante, étaient partiellement affectés à des dépenses secrètes afin de préserver la monarchie. Arnault de Laporte est chargé de la liste civile et collabore avec Montmorin et Mirabeau. Après la mort soudaine de Mirabeau, Maximilien Radix de Sainte-Foix, un financier réputé, prend sa place. En effet, il dirigeait un conseil secret de conseillers du roi qui tentait de préserver la monarchie ; ces manœuvres n »ont pas abouti et ont été révélées plus tard par le scandale du cabinet de fer.

La mort de Mirabeau et l »indécision de Louis affaiblissent fatalement les négociations entre la Couronne et les politiciens modérés. D »une part, le roi est loin d »être aussi réactionnaire que ses frères, le comte de Provence et le comte d »Artois, et il leur envoie à plusieurs reprises des messages leur demandant de suspendre leurs tentatives de lancer des contre-coups. Cela se fait souvent par l »intermédiaire de son régent secrètement nommé, le cardinal Loménie de Brienne. D »autre part, Louis s »est aliéné au nouveau gouvernement démocratique, tant par sa réaction négative au rôle traditionnel de monarque que par le traitement qu »il lui réserve, à lui et à sa famille. Le roi avait déjà été humilié lorsque, le 6 octobre, ils ont pris d »assaut Versailles et l »ont forcé à revêtir la barrette phrygienne – symbole de la république et des personnes libérées de tout joug – et à retourner au Palais des Tuileries, où il était particulièrement furieux d »être maintenu sous surveillance populaire, essentiellement comme un prisonnier.

Évasion de Varennes

Il était clair que le roi était prisonnier à Paris. Il commence donc à prendre plus au sérieux les différents plans d »évasion que ses conseillers, encouragés par la reine, proposent. L »idée n »était pas nouvelle. Le plan a été élaboré par le baron de Breteuil, ancien ministre de la maison royale, le marquis de Bouillé, ancien commandant de l »armée royale dans le nord, et le comte de Fersen, ambassadeur de Suède à la cour de France. La famille royale, déguisée et munie de faux passeports, quitterait Paris et voyagerait vers l »est. Près de la frontière, ils seront accueillis par des escortes armées envoyées par Bouillé. Ils franchiraient la frontière et, hors de portée de la Révolution, rassembleraient des forces pour reprendre le pays. Finalement, il décide de tenter une évasion dans la nuit du 20 juin 1791, la plus courte de l »année. Pour un pari d »une telle importance, le plan d »évasion était peu élaboré. Son succès dépendait d »un calendrier serré de rencontres avec le roi et son escorte, mais il ne tenait pas compte de son indécision générale. Il a fallu plusieurs heures au roi pour quitter les Tuileries et, une fois sur la route, il s »est arrêté pour discuter avec ses hôtes. Le plan n »était pas non plus un secret bien gardé. Marat avait fait du bruit dans son journal depuis des semaines, et il y a eu une répétition générale de l »évasion le 18 avril. Le roi et sa famille, sous prétexte de se rendre à Saint-Cloud pour célébrer Pâques, sont arrêtés et renvoyés à Paris. Cette affaire a convaincu les autorités de la ville qu »il envisageait de fuir le pays. Il incombait au général Lafayette, en tant que commandant de la Garde nationale, de veiller à la sécurité aux Tuileries, et il a personnellement contrôlé le château.

Le soir du 20 juin, Jean Sylvain Bailly, maire de Paris, inquiet des possibilités d »évasion, envoie à nouveau Lafayette aux Tuileries. Il a signalé que tout était sûr. La famille royale s »était apparemment échappée par la seule porte laissée sans protection pour permettre au comte Fersen d »accéder à l »appartement de la reine. Accompagné de ses enfants et de la gouvernante, le couple royal a quitté le château vers 2 heures du matin. L »évasion s »est faite sans incident ni détection. Marie-Antoinette avait apporté une quantité considérable de nourriture pour rendre le voyage plus agréable. La fête, qui ressemblait à un pique-nique, a monté la lourde et somptueuse voiture qui les attendait pour quitter la ville. Le matin du 21 juin, Lemoine, le serviteur du roi, trouve le lit de son maître vide. La nouvelle se répand rapidement à Paris et plonge la ville dans la panique. Louis XVI tente de fuir secrètement vers la ville-forteresse monarchiste de Montmédy, à la frontière nord-est de la France, où il doit rejoindre les émigrés (émigrants ou émigrés) et être protégé par l »Autriche. Pendant que l »Assemblée nationale travaillait méticuleusement à l »élaboration d »une constitution, le couple royal était occupé par ses propres projets. Le roi nomme Breteuil comme plénipotentiaire, traitant avec d »autres chefs d »État étrangers pour tenter de faire une contre-révolution. Louis lui-même émet des réserves quant à la dépendance à l »égard de l »aide étrangère. Comme sa mère et son père, il pense que les Autrichiens sont perfides et les Prussiens trop ambitieux.

Il a laissé derrière lui un long manifeste expliquant son rejet du système constitutionnel comme illégitime, qui a été imprimé dans les journaux. Cependant, son indécision et sa mauvaise compréhension de la France sont responsables de l »échec de l »évasion. La famille royale est arrêtée à Varennes-en-Argonne, à quelques kilomètres de la frontière. Il est indiqué que Jean-Baptiste Drouet, un fonctionnaire local, aurait reconnu le roi déguisé par une pièce de monnaie, et alerté les autorités de la ville, qui ont bloqué le pont. Louis XVI et sa famille sont capturés et ramenés à Paris, où ils arrivent le 25 juin. Considérés avec suspicion comme des traîtres, ils sont placés en résidence surveillée ferme après leur retour aux Tuileries. À court terme, la fuite du roi a été traumatisante pour la France, suscitant une vague d »émotions allant de l »anxiété à la violence en passant par la panique. Tout le monde a compris que la guerre était imminente. La prise de conscience que le roi avait en fait répudié la révolution a été un choc encore plus grand pour les personnes qui l »avaient jusqu »alors considéré comme un bon roi qui gouvernait comme une manifestation de la volonté de Dieu. Ils se sont sentis trahis. Le républicanisme avait désormais fait irruption dans les cafés et était devenu une philosophie dominante de la Révolution française, rapidement radicalisée.

Intervention étrangère

Les autres monarchies d »Europe regardent avec inquiétude les événements en France, et considèrent que si elles doivent intervenir, que ce soit pour soutenir Louis ou pour profiter du chaos qui règne dans le pays. L »empereur romain germanique Léopold II, frère de Marie-Antoinette, déclare que les puissances européennes interviendront militairement dans la Révolution française pour protéger la famille royale. Cela a contribué à déclencher les guerres révolutionnaires françaises. Le 8 juillet 1791, quelque cinquante mille personnes organisent une manifestation de masse sur le Champ de Mars à Paris pour réclamer la destitution du roi. Les membres de l »Assemblée nationale ont regardé la manifestation de masse avec horreur. La plupart d »entre eux étaient encore nerveux à propos de la tentative d »évasion du roi sept semaines plus tôt à Varennes. Le 17 juillet, ils ont publié une ordonnance selon laquelle le roi resterait au pouvoir dans le cadre d »une monarchie constitutionnelle. Les leaders jacobins se mobilisent contre ce décret. L »Assemblée nationale déclare la loi martiale dans la ville et envoie la Garde nationale de Paris sous les ordres de Lafayette pour disperser la foule sur le Champ de Mars. Une série de fusillades a suivi ce jour-là, tuant entre douze et cinquante manifestants. Le peuple a obligé l »Assemblée nationale à recourir à la force. Les monarques des autres nations ont cru à tort que les politiciens revenaient enfin à la raison en réprimant les émeutiers.

Entre le 25 et le 27 août, Léopold II et Frédéric-Guillaume II le Grand se rencontrent au château de Pillnitz en Saxe, où ils publient conjointement la Déclaration de Pillnitz, qui appelle les puissances européennes à intervenir militairement dans la politique française si le peuple porte atteinte au roi. Le document appelle spécifiquement les monarques d »Europe à « rétablir le roi de France » et à « consolider les bases du gouvernement monarchique conformément aux droits des souverains et au bien-être de la nation ». Les auteurs du document croyaient pleinement que l »Assemblée nationale française revenait au centre politique en raison de l »intimidation et de la répression étrangères de la manifestation de masse du 8 juillet. Les nobles émigrés sont enthousiasmés par la déclaration de Pillnitz. Ils redoublent leurs préparatifs militaires pour envahir la France. Pendant ce temps, les actes des émigrés et la déclaration de Pillnitz ne font qu »alimenter la paranoïa des révolutionnaires français et des masses d »une conspiration internationale contre la révolution et d »une invasion du pays.

Aux divergences idéologiques entre la France et les puissances monarchiques d »Europe s »ajoutent des conflits permanents au sujet des domaines autrichiens en Alsace, ainsi que l »inquiétude des membres de l »Assemblée nationale constituante face à l »agitation des nobles émigrés à l »étranger, notamment dans les Pays-Bas autrichiens et les petits États d »Allemagne. L »Assemblée législative, soutenue par Louis, déclare la guerre à l »Autriche par un vote le 20 avril 1792, après qu »une longue liste de griefs lui ait été présentée par le ministre des Affaires étrangères, Charles François Dumouriez. Dumouriez prépare une invasion immédiate des Pays-Bas autrichiens, où il espère que la population locale se soulèvera contre le gouvernement autrichien. Cependant, la révolution avait complètement désorganisé l »armée et les forces levées étaient insuffisantes pour une invasion. À l »approche de 1791, deux groupes de nobles français émigrés complotent pour attaquer le pays. L »une était à Coblence, dirigée par Charles Philippe, comte d »Artois, et l »autre à Worms. Le comte d »Artois, frère cadet de Louis XVI, est présent avec Léopold II et Frédéric-Guillaume le Grand à Pillnitz le 27 août. En fait, le groupe de princes et de nobles de Coblence était bruyant, décadent, égoïste et plongé dans l »intrigue et ne représentait donc qu »une faible menace militaire pour la France.

Depuis l »évasion de Varennes, le peuple de Paris soupçonnait que la monarchie avait sombré. Les défaites militaires et l »incapacité de l »Assemblée à mettre le roi en accusation indignent encore davantage la population, qui souffre toujours du manque de travail et de la faim. Des rapports indiquent qu »une armée prussienne sous les ordres de Charles Guillaume Ferdinand, duc de Brunsvik-Volfembutel, marche sur Paris. Le 11 juillet, l »Assemblée législative déclare la « nation en péril » et ordonne à 100 000 gardes nationaux de se rendre dans la capitale. Le roi a mis son veto à la loi, mais les soldats sont quand même venus. Le 25 juillet, Frédéric Guillaume II déclare officiellement la guerre à la France et ordonne au duc de Brunsvik de mener l »armée prussienne dans une invasion. Le même jour, Brunsvique envoie une proclamation à l »Assemblée législative française, qui frappe Paris comme un éclair. Les habitants s »attendaient à une guerre contre la Prusse, mais les termes sévères du Manifeste de Brunsvique – rédigé par des émigrés français avec l »armée – ont provoqué la peur et l »indignation en confirmant les soupçons selon lesquels le roi était allié à ses ennemis. Le duc a promis que ses troupes ne feraient pas de mal aux civils et ne pilleraient pas si la famille royale était en sécurité. Le document était censé intimider Paris, mais comme souvent dans le conflit révolutionnaire, il a eu exactement l »effet inverse de celui escompté.

Le 9 août, les dirigeants de la Commune de Paris, irrités et effrayés par le manifeste de Brunsvique, changent le nom de l »organisation en Commune révolutionnaire de Paris et se préparent à renverser Louis XVI. Le roi reçoit cette information et alarme les neuf cents gardes suisses qui gardent le palais des Tuileries. Il alerte également un certain nombre de nobles qui lui sont fidèles, dont l »ancien député de l »Assemblée nationale Clermont-Tonnerre, qui le rejoint. À minuit, les dirigeants de la Commune révolutionnaire de Paris font signe à la foule de tirer sur le palais. Un des premiers tirs a tué Tonnerre. Pendant une partie de la nuit, les émeutes ont continué à l »extérieur du palais. Des renforts de la Garde nationale de Paris arrivent pour défendre le roi, mais le 10 août, la Commune révolutionnaire de Paris renverse Louis XVI. Lui et sa famille ont fui vers l »Assemblée législative, où ils ont été arrêtés sous la pression sociale.

Le roi et sa famille passent trois jours et deux nuits inconfortables dans des pièces de fortune de la salle du Manège, où ils s »étaient réfugiés, pendant que la Commune et l »Assemblée législative décident si Louis sera prisonnier. Le Législatif est réticent à céder le plus important butin du 10 août, mais la Commune, armée et victorieuse, ne peut être refusée. Il est officiellement arrêté le 13 août et envoyé à la Tour du Temple, une ancienne forteresse de Paris utilisée comme prison. Les rues de la capitale ont suivi la marche menant le roi en prison avec des insultes. Le 21 septembre, l »Assemblée nationale déclare la France république et abolit la monarchie. Louis est déchu de tous ses titres et honneurs et, à partir de cette date, il est simplement connu sous le nom de « citoyen Louis Capeto ». Les Girondins étaient partisans de garder le roi déchu en état d »arrestation, à la fois comme otage et comme garantie pour l »avenir. Les membres de la Commune de Paris et les députés les plus radicaux, qui forment bientôt le groupe connu sous le nom de Montagne, plaident pour l »exécution immédiate de Louis. Les antécédents juridiques d »un grand nombre de députés font qu »il est difficile pour un grand nombre d »entre eux d »accepter une exécution sans une certaine forme de procès équitable, et il est voté que le monarque déposé soit jugé devant la Convention nationale, l »organe abritant les représentants du peuple souverain. À bien des égards, le procès de l »ancien roi a représenté le procès de la révolution. Le procès était considéré comme tel, avec la mort de l »un venait la vie de l »autre. Michelet a fait valoir que la mort de l »ancien roi conduirait à l »acceptation de la violence comme instrument de bonheur. Il a déclaré : « Si nous acceptons la proposition selon laquelle une personne peut être sacrifiée pour le bonheur de plusieurs, il sera bientôt démontré que deux, trois ou plus peuvent également être sacrifiés pour le bonheur de plusieurs. Petit à petit, nous trouverons des raisons de sacrifier le plus grand nombre pour le bonheur du plus grand nombre, et nous penserons que c »était une bonne affaire. »

Alors que les Prussiens menés par Brunsvik envahissent la France, la capitale est plongée dans le chaos. La Commune incite le Paris révolutionnaire à un éventuel combat, les portes de la ville sont fermées et les citoyens commencent à chercher des armes. L »hystérie se concentre dans les prisons, remplies de centaines de gardes suisses et de prisonniers politiques. La presse donne des descriptions sensationnalistes de ce que les prisonniers feraient, et ces visions flattent l »obsession croissante de les tuer. Les massacres de septembre sont l »un des événements les plus sombres de la Révolution française. Les meurtres ont commencé le 2 septembre, lorsqu »une vingtaine de prisonniers, dont plusieurs prêtres non engagés, ont été emmenés en voiture, transférés à la prison de l »Abbaye et massacrés. Les massacres s »étendent rapidement aux autres prisons de Paris et durent jusqu »au 7. Environ 1 200 hommes, femmes et enfants ont été massacrés, soit environ la moitié de la population carcérale.

Le 20 novembre, la nouvelle d »une découverte surprenante a retenu l »attention. Roland, ministre de l »Intérieur, explique qu »il a trouvé aux Tuileries un coffre-fort secret du roi contenant plusieurs documents secrets. Gamain, le serrurier de Louis, le conduit au coffre-fort, caché par un « panneau de bois, couvrant un trou dans le mur et protégé par une porte en fer ». La Convention a nommé une commission chargée d »examiner les documents et de faire un rapport. La découverte de l »armoire à glace a renforcé le dossier contre le roi. Le coffre contenait 625 articles distincts et la Convention a entendu un rapport préliminaire à leur sujet le 23 novembre. Les documents confirment ce que beaucoup croyaient déjà : Louis s »est engagé à détruire la Révolution. Les journaux ont dit qu »il avait toujours joué un double jeu. Il avait délibérément entravé la constitution, chargé ses ministres de mentir à l »Assemblée législative, cherché à corrompre les députés, encouragé l »émigration de ses amis et, selon Mirabeau, tenté de rétablir son autorité. Le 11 décembre, au milieu de rues bondées et silencieuses, le roi déchu est amené du Temple pour se présenter devant la Convention et entendre les accusations de haute trahison et de crimes contre l »État. Cinq jours plus tard, la Convention a commencé à débattre des détails du procès. Les avocats se sont plaints du manque de temps accordé à la défense. La Convention est informée que Raymond Desèze a été choisi par le roi pour être son avocat. Après un vote, ils ont accepté la nomination, mais ont refusé la demande de Louis de ne pas se présenter au tribunal. Le 26 décembre, Desèze livre la réponse du roi aux accusations, avec le soutien de François Denis Tronchet et de Malesherbes.

Le 15 janvier 1793, la Convention, composée de 721 députés, vote le verdict. Compte tenu des preuves accablantes de la collusion de Louis avec les envahisseurs, le verdict a connu une conclusion précipitée – avec 693 députés votant pour la culpabilité, aucun pour l »acquittement et 23 abstentions. Le lendemain, un vote par appel nominal a été organisé pour décider du sort de l »ancien roi, et le résultat a été inconfortablement proche d »une décision dramatique. 288 députés ont voté contre la mort et pour une autre solution, principalement un moyen d »emprisonnement ou l »exil. Voté pour la peine de mort, mais sous une série de conditions dilatoires et de réserves, 72 députés. Voté pour sa mort immédiate 361 députés. Philippe Égalité, ancien duc d »Orléans et cousin de l »ancien roi, vote pour son exécution, ce qui choque la plupart des personnes présentes. Louis Capeto lui-même commentera : « Je suis très désolé de penser que Monsieur d »Orléans, mon parent, a dû voter pour ma mort ».

Le lendemain, une motion visant à accorder à Louis XVI un sursis de sa condamnation à mort est rejetée : 310 députés demandent la clémence, mais 380 votent pour l »exécution immédiate de la sentence de mort. Cette décision serait définitive. Le lundi 21 janvier 1793, Louis XVI est décapité par la guillotine sur la place de la Révolution. Le bourreau, Charles-Henri Sanson, a témoigné que l »ancien roi avait courageusement affronté son destin. Lorsque Louis XVI monte sur l »échafaud, il apparaît digne et renonce à ses titres. Il prononce un bref discours dans lequel il réaffirme son innocence : « Je meurs innocent de tous les crimes qui me sont imputés. Je pardonne aux auteurs de ma mort. Je prie Dieu que le sang que vous allez verser ne tombe jamais en France ». De nombreux rapports suggèrent son désir de parler davantage, mais Antoine Joseph Santerre, un général de la Garde nationale, interrompt le discours en demandant un roulement de tambour. L »ancien roi a ensuite été rapidement décapité. Certains récits de sa décapitation indiquent que la lame n »a pas entièrement brisé son cou du premier coup. On rapporte également que Louis aurait poussé un cri horrible après la chute de la lame, mais cela est peu probable puisque la lame lui a sectionné la colonne vertébrale. Il a été convenu que, lorsque son sang a coulé sur le sol, de nombreux membres de la foule se sont précipités pour y tremper leurs mouchoirs. Ce récit a été prouvé en 2012 après une comparaison d »ADN reliant le sang supposé provenir de la décapitation de Louis XVI à l »ADN prélevé sur des échantillons de tissus provenant de ce que l »on croyait être la tête momifiée d »Henri IV. L »échantillon de sang a été prélevé dans une gourde sculptée à la mémoire des héros de la Révolution française, qui avait, selon la légende, servi à contenir le sang de Louis.

Deux semaines seulement après l »enterrement des dernières victimes des massacres de septembre, l »Assemblée législative crée un nouvel organe de gouvernement de la France, appelé Convention nationale. Son premier acte, daté du 21 septembre 1792, est l »abolition formelle de la monarchie et la proclamation d »une république. Après avoir aboli la monarchie, la Convention a été dissoute pour sa logique destructrice consistant à écarter le monarque encore vivant. La Première République française est née le 21 septembre de cette année-là. Elle a duré, officiellement, jusqu »au 18 mai 1804, date à laquelle Napoléon Bonaparte s »est proclamé empereur sous le nom de Napoléon Ier. Le Premier Empire français prend fin lorsque l »empereur abdique le 6 avril 1814. La restauration de la monarchie des Bourbons lui succède, jusqu »à ce qu »elle soit renversée par la révolution de juillet 1830. Pendant la restauration de la monarchie française, les frères cadets de Louis XVI, Louis XVIII et Charles X, ont régné sur la France en tant que rois constitutionnels. Louis Charles, fils légitime du défunt monarque ne monta jamais sur le trône et mourut en prison en juin 1795 sous le nom de Louis XVII, titre de jure. Au cours des 23 années qui ont suivi l »abolition de la monarchie, la France a été transformée socialement et politiquement par l »administration révolutionnaire et napoléonienne. La « restauration » des Bourbons était un compromis et le produit d »une défaite militaire. Louis XVIII a été placé au pouvoir par les ennemis de longue date de la France parce qu »on pensait qu »il apporterait le plus grand changement pour « guérir les blessures de la révolution ». En 1814, on espérait que si les Bourbons étaient restaurés « aux conditions », ils seraient acceptables pour la France et apporteraient la paix et la stabilité politique que tout le monde désirait. En 1830, ces attentes se sont révélées fausses.

L »historien Jules Michelet attribue la restauration de la monarchie française à la sympathie suscitée par l »exécution de Louis XVI. Son Histoire de la Révolution Française et l »Histoire des Girondins d »Alphonse de Lamartine, notamment, montrent les marques des sentiments suscités par le régicide de la révolution. Les deux écrivains ne partagent pas la même vision sociopolitique, mais ils s »accordent à dire que si la monarchie a été abolie à juste titre en 1792, la vie de la famille royale aurait dû être épargnée. Le manque de compassion à ce moment-là a contribué à une radicalisation de la violence révolutionnaire et à une plus grande division entre les Français. Pour le romancier Albert Camus, l »exécution représente « l »événement le plus significatif et le plus tragique de l »histoire de France, le tournant qui a marqué la destruction irrévocable d »un Monde qui, pendant mille ans, avait embrassé un ordre sacré ». Pour le philosophe Jean-François Lyotard, le régicide est le point de départ de toute la pensée française, le souvenir qui permet de rappeler que la modernité française a commencé sous le signe du crime.

Son testament, laissé par ceux qui l »ont vu ou servi durant ses derniers jours, servira de base à une légende. L »Église, inapte à gérer la Révolution, lente à agir quand elle pouvait encourager le roi, fut tout aussi lente à réagir à sa mort. Le 17 juin 1793, le pape Pie VI, lors d »un consistoire secret, déclare Louis XVI « martyr royal ». Son long et minutieux discours a été publié dans toute l »Europe et traduit dans les langues vulgaires. Le roi prend place dans le groupe des monarques qui, comme Marie d »Écosse, ont subi la mort pour des raisons purement religieuses. Après sa mort, il a reçu de nombreux hommages. Le compositeur italien Luigi Cherubini a composé le Requiem en do mineur, commandé pour une messe en janvier 1816, faite en l »honneur et à la mémoire de l »ancien roi de France. Lorsque la dynastie des Bourbons, en la personne de son frère Louis XVIII, revient au pouvoir après la chute de Napoléon, elle fait du jour de son exécution un événement d »État, avec une messe de requiem festive au centre de la basilique de Saint-Denis. Chaque année (jusqu »à la révolution suivante en 1830), une nouvelle composition de requiem était commandée à un compositeur différent (Cherubini étant le premier) pour souligner la grandeur et l »importance de cette occasion.

De nombreuses villes portent le nom de sa mort. Des villes nord-américaines ont adopté le nom de « Louisville » en sa mémoire, comme Louisville, Alabama, Louisville, Colorado, Louisville, Georgia, Louisville, Illinois, Louisville, Kansas, Louisville, Nebraska, Louisville, New York, Louisville, Ohio, Louisville, Kentucky, et Louisville, Tennessee, toutes situées aux États-Unis. Louisville, dans le Kentucky, a été baptisée en 1780 après que l »Assemblée générale de Virginie lui ait donné ce nom en l »honneur du roi français dont les soldats aidaient le camp américain dans la guerre d »indépendance. L »Assemblée générale de Virginie considère le roi comme un homme noble, mais de nombreux autres délégués continentaux ne sont pas d »accord (à cette époque, le Kentucky faisait partie du Commonwealth de Virginie. Le Kentucky est devenu le 15e État des États-Unis en 1792).

Louis XVI a été dépeint dans plusieurs films. Dans le film Marie Antoinette de Van Dyke (1938), il était joué par Robert Morley. Jean-François Balmer en a fait le portrait en 1989 dans la mini-série en deux parties La Révolution française. Plus récemment, il a été interprété par Jason Schwartzman dans le film Marie Antoinette (2006) de Sofia Coppola. Dans le film Si Versailles m »était conté (1954) de Sacha Guitry, le roi est incarné par l »un des producteurs du film, Gilbert Bokanowski, sous le pseudonyme de Gilbert Boka. Diverses représentations lui ont attribué l »image d »un roi presque idiot et maladroit, comme Jacques Morel dans le film français de Jean Delannoy, Marie-Antoinette reine de France (1956), et Terence Budd dans le film en prises de vues réelles de Jacques Demy, Lady Oscar (1979). Dans Commencez la révolution sans moi (1970), le roi est joué par Hugh Griffith comme un cocu risible. Mel Brooks a joué une version comique de Louis XVI dans Histoire du monde, première partie (1981), le dépeignant comme un libertin qui a un dégoût pour la paysannerie qu »il utilise comme cible dans les exercices de tir. Dans le film Ridicule (1996) de Patrice Leconte, Urbain Cancelier joue le rôle du monarque français.

Elle a également fait l »objet de romans, dont deux des histoires alternatives rassemblées dans Si cela s »était passé autrement (1931) : « Si la voiture de Drouet avait calé » de Hilaire Belloc et « Si Louis XVI avait un atome de vitesse » d »André Maurois, qui racontent des histoires très différentes, mais imaginent toutes deux que le roi a survécu et règne encore au début du XIXe siècle.

Titres et styles

Son titre et son style officiel avant la Révolution française étaient : « Louis XVI, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre ».

Armoiries

Sources

  1. Luís XVI de França
  2. Louis XVI
  3. C »est le 8 octobre que fut proposé[1] par les députés Fréteau et Mirabeau d »instaurer le titre de roi des Français à la place de celui de roi de France. L »Assemblée adopta[2] cette nouvelle titulature le 10 octobre, et décida le 12 octobre que le souverain ne serait pas titré[3] « roi des Navarrais » ni « des Corses ». Le roi commença à l »utiliser (orthographiée « roi des François ») dans ses lettres patentes à partir du 6 novembre[4]. Le 16 février 1790, l »Assemblée décréta[5] que son président devait demander au roi que le sceau de l »État porte la nouvelle titulature. Le nouveau sceau fut utilisé dès le 19 février, avec la formulation « Louis XVI par la grâce de Dieu et par la loy constitutionnelle de l »État roy des François ». Et l »Assemblée décida par décret[6] du 9 avril 1791, que le titre de roi des Français serait désormais gravé sur les monnaies du royaume (où figurait toujours celui de roi de France et de Navarre : Franciæ et Navarræ rex).
  4. Il est suspendu le 10 août 1792.
  5. Entre os historiadores que compartilham a mesma ideia estão Antonia Fraser em sua biografia Marie Antoinette: The Journey (2001), Evelyne Lever na obra Marie Antoinette: Last Queen of France (2001), e Vincent Cronin em seu trabalho Louis and Antoinette (1974; Weber 2007, p. 324.).
  6. ^ Union List of Artist Names, 5 aprilie 2021, accesat în 9 mai 2022
  7. ^ Union List of Artist Names, 5 aprilie 2021, accesat în 21 mai 2021
  8. ^ Extrait du registre des baptêmes (1754) de l »église Notre-Dame de Versailles : L »an mil sept cent cinquante quatre le vingt trois du mois d »Aoust a été ondoyé un prince, fils de Très haut, très puissant, et Excellent prince Louis Dauphin de France, et de très haute, très puissante et excellente princesse Marie Joseph de Saxe, Dauphine de France, par monsieur l »abbé de Chabannes Aumosnier du Roy, en présence de nous soussigné prêtre de la Congrégation de la mission faisant les fonctions curialles le Curé absent. Signé : LEROUX, prêtre. Archives départementales des Yvelines
  9. ^ Revue des questions historiques, volume 122, 1935, page 237 : « Sylvain-Léonard de Chabannes, 1760-1812, fils de Louis et de Françoise Léonarde Galland (contr. mar. 8 février 1717), prieur de la Mure, chanoine de Vienne, vicaire-général de Clermont en 1750, aumônier du roi en 1753, ondoye à ce titre le duc de Berry, futur Louis Format:XVI, le 23 août 1754 ; abbé de la Creste, dioc. de Langres, le 10 octobre 1757 ; vicaire général de Clermont en 1760, abbé de Benévent en 1766 ; décédé à Fresselines, Creuse, le 22 avril 1812. (Cf. Beyssac, les Chanoines de l »Église de Lyon, p. 240-241) »
  10. ^ Mercure de France, octobre 1754.
  11. a b Entre el 21 de junio y el 21 de septiembre de 1791 le fueron suspendidos sus poderes por la Asamblea Nacional Constituyente, con motivo del intento de fuga frustrado en Varennes-en-Argonne.
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Ads Blocker Detected!!!

We have detected that you are using extensions to block ads. Please support us by disabling these ads blocker.