Laonicos Chalcondyle

Résumé

Laonikos Chalkokondyles, latinisé en Laonicus Chalcocondyles (grec : Λαόνικος Χαλκοκονδύλης, de λαός « peuple », νικᾶν « être victorieux », anagramme de Nikolaos qui porte le même sens ; vers 1430 – vers 1470. 1430 – c. 1470 ; Le nom de famille  »Chalcokondyles » vient de χαλκος « laiton »,et κονδυλος « articulation ».) était un historien grec byzantin d »Athènes. Il est connu pour ses Démonstrations d »histoires en dix livres, qui relatent les 150 dernières années de l »Empire byzantin.

Les Chalkokondyles étaient l »une des plus anciennes familles autochtones d »Athènes et avaient acquis une grande notoriété. À l »époque de Laonikos, elle était dirigée par la famille florentine Acciaioli. Son père George était un parent de Maria Melissene, l »épouse du duc Antonio I Acciaioli. À la mort d »Antonio en 1435, Maria tente de s »assurer le contrôle du duché d »Athènes et envoie George en mission auprès du sultan ottoman Murad II, demandant que le gouvernement d »Athènes soit confié à elle-même et à George Chalkokondyles. Cependant, pendant son absence, la duchesse est chassée de l »Acropole et un jeune descendant de la famille Acciaiuoli, Nerio II, est proclamé duc d »Athènes. Pendant ce temps, George Chalkokondyles voit sa proposition rejetée, bien qu »il ait offert 30 000 pièces d »or au sultan, et est jeté en prison. George Chalkokondyles réussit à s »échapper à Constantinople, selon William Miller « en laissant derrière lui sa suite, ses tentes et ses bêtes de somme », mais après avoir quitté Constantinople par bateau, il est capturé par un navire athénien et ramené au sultan, qui le gracie.

George, Laonikos et le reste de la famille s »installent dans le Péloponnèse, qui est sous la domination byzantine en tant que Despotat de la Morée. En 1446, Constantin Palaiologos, alors despote de la Morée, envoie George en mission diplomatique auprès de Mourad II pour obtenir l »indépendance des États grecs au sud des Thermopyles. Furieux des conditions proposées, le sultan emprisonne George Chalkokondyles, puis marche sur les forces de Constantin qui tiennent le mur d »Hexamilion sur l »isthme de Corinthe et, après l »avoir bombardé pendant trois jours, détruit les fortifications, massacre les défenseurs, puis pille la campagne, mettant fin à tout espoir d »indépendance. Selon Miller, Laonikos était « évidemment » un témoin oculaire de cette bataille, bien que l »historien Théodore Spandounes affirme que Laonikos était le secrétaire de Murad II et présent à la bataille de Varna en 1444.

Le seul aperçu que nous ayons de Laonikos lui-même date de l »été 1447, lorsque Cyriaque d »Ancône le rencontre à la cour de Constantin Palaiologos à Mistra. Cyriaque le décrit comme un jeune egregie latinis atque grecis litteris eruditum (« étonnamment savant en littérature latine et grecque »). C »est à Mistra que Laonikos a reçu l »enseignement de George Gemistos Plethon, qui lui a donné son exemplaire personnel des Histoires d »Hérodote : Laur. Plut. 70.6, écrit en 1318, avec des corrections de Pléthon, et utilisé plus tard par Bessarion en 1436 pour faire une autre copie, contient une souscription écrite par Laonikos.

Les mouvements et les actions de Laonikos après 1447 ne sont pas connus avec certitude. Son récit de la circoncision des fils du sultan Mehmed II en 1457 suggère qu »il était un témoin oculaire de l »événement, et son compte rendu des finances ottomanes indique qu »il a interrogé les comptables du sultan. Des preuves internes ont conduit le byzantiniste Anthony Kaldellis à fixer la date à laquelle Laonikos a cessé de rédiger ses Histoires à 1464. Si Laonikos Chalkokondyles s »est largement appuyé sur des sources ottomanes pour les sections consacrées aux Ottomans, son récit sur le règne de Mehmed II est généralement antagoniste. Ainsi, il a été avancé que Laonikos Chalkokondyles écrivait pour le public occidental contemporain dans le genre Turcica plutôt que pour les intellectuels post-byzantins associés à la cour ottomane. D »autres spéculations sur la vie de Laonikos Chalkokondyles ne sont pas aussi largement acceptées.

Dans le film albano-soviétique de 1954 intitulé « Le grand guerrier Skanderbeg », Laonikos Chalkokondyles est dépeint comme un historien officiel de la cour ottomane aux vues politiques opportunistes, qui tente de décourager Skanderbeg de mener une insurrection anti-ottomane. Après que Skanderbeg a quitté l »armée ottomane et est devenu chef de l »Albanie de son propre chef, Chalkokondyles est amené comme otage à sa cour pour assister au premier siège de Krujë.

Après la chute de Constantinople, Chalkokondyles a écrit son œuvre historique la plus importante, Proofs of Histories (Ἀποδείξεις Ἱστοριῶν). Cet ouvrage historique constitue l »une des sources les plus importantes pour les étudiants des 150 dernières années de l »histoire byzantine, bien qu »il soit défectueux dans sa chronologie. Il couvre la période de 1298 à 1463, décrivant la chute de l »empire byzantin et la montée des Turcs ottomans, qui constitue le centre du récit, jusqu »à la conquête des Vénitiens et de Mathias, roi de Hongrie, par Mehmed II. Il considère à juste titre la prise de Constantinople comme un événement historique d »une grande portée et la compare à la chute de Troie. L »ouvrage esquisse également d »autres mœurs et la civilisation de l »Angleterre, de la France et de l »Allemagne, dont les Grecs ont cherché à obtenir l »aide contre les Turcs. Pour son récit des événements antérieurs, il a pu obtenir des informations de son père.

Son modèle est Thucydide (selon Bekker, Hérodote), sa langue est relativement pure et correcte, et son style est simple et clair. Le texte, cependant, est dans un état très corrompu. La langue archaïque qu »il utilise rend ses textes difficiles à lire dans de nombreuses parties, tandis que les noms antiquaires, avec lesquels il nomme les personnes de son temps, créent la confusion (Γέται, Δάκες, Λίγυρες, Μυσοί, Παίονες, Ἕλληνες). L »utilisation étendue du nom « Hellènes » (Ἕλληνες), que Laonikos utilisait pour décrire les Byzantins, a contribué au lien établi entre la civilisation grecque antique et la civilisation moderne.

L »Histoire de Chalkokondyles a été publiée pour la première fois dans une traduction latine par Conrad Clauser à Bâle en 1556, bien que la traduction elle-même porte la date de novembre 1544. Une traduction française a été publiée par Blaise de Vigenère en 1577 et une édition ultérieure par Artus Thomas, avec de précieuses illustrations sur les questions turques. L »editio princeps du texte grec a dû attendre 1615 pour l »impression de J. B. Baumbach.

Les deux meilleures éditions sont : Historiarum Libri Decem, éd. I. Bekker, Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae (Bonn 1843) et Historiae Demonstrationes, 2 volumes, éd. E. Darko, (Budapest 1922-7). Le texte se trouve également dans J.-P. Migne, Patrologia Graeca, volume 159.

Une traduction anglaise complète (par Anthony Kaldellis) des Histoires a été publiée en deux volumes en 2014 par Harvard University Press, comme volumes 33 et 34 de The Dumbarton Oaks Medieval Library. Parmi les traductions partielles, on trouve celle des livres I-III dans Laonikos Chalkokondyles. A Translation and Commentary of the Demonstrations of Histories, trans. Nikolaos Nikoloudis (Athènes 1996) et une autre du livre VIII dans J. R. Melville Jones, The Siege of Constantinople : Seven Contemporary Accounts (Amsterdam 1972), p. 42-55.

Sources

  1. Laonikos Chalkokondyles
  2. Laonicos Chalcondyle
  3. ^ Franz Babinger, Mehmed the Conqueror and His Time, edited by William C. Hickman and translated by Ralph Manheim (Princeton: University Press, 1978), pp. 48ff
  4. ^ Cyriac of Ancona: Later Travels, edited and translated by Edward W. Bodnar (Cambridge: Harvard University Press, 2003), pp. 298-301
  5. ^ The Histories of Laonikos Chalkokondyldes, translated by Anthony Kaldellis (Cambridge: Harvard University Press, 2014), vol. 1 pp. viiif
  6. ^ Kaldellis, The Histories, p. x
  7. ^ Akışık-Karakullukçu, Aslıhan (2019). « A question of audience: Laonikos Chalkokondyles » Hellenism ». Byzantinische Zeitschrift. 112.1: 1–30.
  8. Εθνική Βιβλιοθήκη της Γερμανίας, Κρατική Βιβλιοθήκη του Βερολίνου, Βαυαρική Κρατική Βιβλιοθήκη, Εθνική Βιβλιοθήκη της Αυστρίας: Gemeinsame Normdatei. 118675478. Ανακτήθηκε στις 15  Οκτωβρίου 2015.
  9. Fowden, Garth (2005). [http://dx.doi.org/10.1017/s1047759400008114 «Kyriacus palaeophilos Anconitanus (and the Cha Gorge, Crete) EDWARD W. BODNAR with CLIVE FOSS, CYRIAC OF ANCONA. LATER TRAVELS (The I Tatti Renaissance Library 10; Harvard University Press, Cambridge, MA 2003). Pp. xxii + 459, 10 pls., 1 map. ISBN 0-674-00758-1. $29.95.»]. Journal of Roman Archaeology 18: 775–780. doi:10.1017/s1047759400008114. ISSN 1047-7594. http://dx.doi.org/10.1017/s1047759400008114.
  10. Imię Laonikos pochodzi od słów: λαός « lud » oraz νικᾶν « zwyciężać » i jest najprawdopodobniej anagramem imienia Nikolaos (Mikołaj)
  11. a b O. Jurewicz: Historia literatury bizantyńskiej. s. 274.
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Ads Blocker Detected!!!

We have detected that you are using extensions to block ads. Please support us by disabling these ads blocker.