Juan Donoso Cortés

Résumé

Juan Donoso Cortés, marqués de Valdegamas (6 mai 1809 – 3 mai 1853) était un auteur, diplomate, homme politique et théologien politique catholique espagnol contre-révolutionnaire.

Début de la vie

Cortés est né à Valle de la Serena (Estrémadure) le 6 mai 1809. Son père, D. Pedro Donoso Cortés, avocat et propriétaire terrien, était un descendant du conquistador Hernán Cortés. Sa mère, Maria Elena Fernandez née Canedo Cortés, était une héritière de province. Au cours de sa jeunesse, Juan Donoso a suivi les cours du libéral Antonio Beltran en latin, français et autres matières requises pour l »entrée à l »université. À 11 ans, peut-être en raison de problèmes familiaux, Juan Donoso part étudier à l »Université de Salamanque. Il n »y reste qu »un an avant de partir étudier au Colegio de San Pedro de Caceres. En 1823, à l »âge de 14 ans, il entre à l »université de Séville pour étudier le droit, et y restera jusqu »en 1828. C »est là que Donoso Cortés rencontre pour la première fois la philosophie ; il tombe sous l »influence de penseurs libéraux et traditionalistes tels que John Locke et Louis de Bonald.

Donoso rentre chez lui pour travailler dans le cabinet d »avocats de son père pendant quelques années. À cette époque, il poursuit ses lectures éclectiques. En octobre 1829, Cortés se voit proposer une chaire d »esthétique et de politique au Colegio de San Pedro de Caceres. Il se laisse emporter par le romantisme et privilégie le sentiment sur la rationalité. Il critiquait le féodalisme médiéval mais défendait la papauté et les croisades, qui, selon lui, donnaient de la vitalité à la civilisation européenne. Emporté par le rationalisme qui prévaut en Espagne à la suite des invasions françaises, il embrasse ardemment les principes du libéralisme et tombe sous l »influence de Jean-Jacques Rousseau, qu »il qualifiera plus tard de « plus éloquent des sophistes ».

Entrée dans la politique et le journalisme

Cortés épouse Teresa née Carrasco en 1830, mais leur mariage ne durera que cinq ans, Teresa décédant après la naissance de leur unique enfant, Maria. C »est également à cette époque que Juan Donoso entre en politique aux côtés de son beau-frère. Il entre en politique en tant qu »ardent libéral sous l »influence de Manuel José Quintana. Après la mort du roi Ferdinand VII, Donoso, comme la plupart des libéraux espagnols, soutient la quatrième épouse du roi défunt, Maria Christina, et sa revendication du trône d »Espagne. Le frère clérical et conservateur de Ferdinand, Carlos, et ses partisans conservateurs, connus sous le nom de carlistes, s »y opposent. En 1832, Donoso rédige un mémorandum au roi Ferdinand défendant la succession féminine comme étant conforme à la sanction pragmatique du roi de 1830. Pour ses efforts, la nouvelle reine régente nommera Donoso à un poste à la Secrétairerie d »État.

La mort du roi Ferdinand en 1833 précipite la première guerre carliste. Dans une note adressée à Marie-Christine, Donoso proteste contre le massacre de frères par des libéraux anticléricaux à Madrid en juillet 1834.

Les opinions de Donoso commencent à évoluer après le soulèvement de 1836 à La Granja, où les soldats du palais royal obligent Maria Cristina à rétablir la Constitution libérale de 1812. À cette époque, Donoso est nommé secrétaire de cabinet et élu aux Cortes en tant que membre du parti libéral modéré, qui représente les intérêts bourgeois et soutient une monarchie constitutionnelle. À cette époque, il donne une série de conférences pour le parti, A Defense of Representative Government, où il fait l »éloge du gouvernement représentatif et du rationalisme, mais défend en même temps la dictature comme étant parfois un mal nécessaire.

La période entre 1837 et 1840 marque le nadir de la carrière journalistique de Donoso, qui écrit pour diverses publications telles que El Correo Nacional, El Porvenir et El Piloto. Sa dérive conservatrice se poursuit à cette époque ; Donoso attaque la représentation de Marie Stuart par Victor Hugo, il plaide en faveur de l »utilisation d »articles riches dans les rites religieux. Son article le plus important de cette époque, « Classicisme et romantisme », écrit dans El Correo Nacional en août ou septembre 1838, préconise une synthèse entre les formes d »art classiques et romantiques. Les articles de Donoso lui valent une grande notoriété et des condamnations, 65 membres des Cortes accusant Donoso d »être subversif.

Donoso reconnaissait le pouvoir de la presse et cherchait à influencer le débat public par le biais de ses publications, mais il était aussi l »un des critiques les plus acerbes de la presse et de la liberté de la presse. Il pensait que le journalisme était une vocation presque sacrée, mais que cette vocation était souvent malmenée et utilisée pour répandre des bavardages et des ragots sans intérêt. Il critiquait l »utilisation de la presse pour diffuser des idées révolutionnaires, socialistes et anti-chrétiennes. Donoso allait jusqu »à penser que la liberté de la presse elle-même était le résultat de l »abandon des principes moraux chrétiens : les rédacteurs en chef étaient un nouveau sacerdoce dévoué à la promotion de la révolution et l »autorité de la doctrine chrétienne était remplacée par des discussions sans fin. Il critiquait également l »utilisation de la presse par les gouvernements à des fins de centralisation et de bureaucratisation.

Passage au conservatisme

À la fin de la première guerre carliste en 1839, Donoso avait perdu ses illusions sur le libéralisme, le rationalisme et la bourgeoisie. Il devient une sorte de reclus et quitte rarement le palais royal. Avec la chute de la régence de Marie-Christine, Donoso s »exile avec l »ancienne reine régente ; de mars 1841 à l »automne 1843, Donoso passe presque tout son temps à Paris. Pendant cette période, il commence une histoire de la régence de Marie-Christine, qui ne sera jamais terminée. C »est à cette époque que Donoso subit l »influence des traditionalistes français Joseph de Maistre et Louis de Bonald.

Donoso retourne en Espagne à la fin de l »année 1843 et joue un rôle clé dans l »octroi du statut de majorité à la reine Isabelle II, mettant ainsi fin à la régence de Baldomero Espartero. Pour ses services à la couronne, Donoso fut nommé secrétaire particulier de la jeune reine et fut élevé à la pairie. Peu de temps après, en mai 1844, le général Narváez arrive au pouvoir en tant que premier ministre. Le libéralisme de Donoso connut un bref regain d »intérêt avec les premières réformes du pape Pie IX, qui nomma Pellegrino Rossi au poste de premier ministre des États pontificaux.

Les révolutions de 1848, ainsi que l »assassinat de Rossi et la mort de Pedro, le pieux frère carliste de Donoso, ont mis fin à toute trace de libéralisme dans la pensée de Donoso. En janvier 1849, Donoso prononce un discours aux Cortes, « Sur la dictature », dans lequel il défend les actions du général Narvaez visant à supprimer toute trace d »activité révolutionnaire en Espagne. Aux Cortes, Donoso s »est élevé avec véhémence contre le chaos qu »il voyait se développer en Europe ; il a attaqué le socialisme comme étant le résultat de l »érosion de la moralité chrétienne et de l »athéisme. Donoso deviendra plus tard un critique acerbe de Narvaez et ses discours le dénonçant aux Cortes conduiront à la démission de Narvaez. Pendant cette période, Donoso a été brièvement ambassadeur à Berlin.

Vie ultérieure

En 1851, Donoso est nommé ambassadeur d »Espagne en France et présente ses lettres de créance à la cour du président, puis de l »empereur, Louis Napoléon, qui régnera sous le titre de Napoléon III. Au départ, Donoso était un confident de Napoléon, et il a peut-être aidé à financer son coup d »État. Toutefois, au fil du temps, il est devenu évident que Donoso et Napoléon ne partageaient pas un objectif intellectuel commun. Donoso s »est néanmoins efforcé d »obtenir une reconnaissance internationale pour le nouveau régime et a représenté la reine Isabelle II lors du mariage de l »empereur avec la comtesse espagnole Eugénie de Montijo.

À cette époque, la vie de Donoso prend une nouvelle dimension de piété : il part en pèlerinage, porte un cilice, se porte volontaire auprès de la Société de Saint-Vincent de Paul, visite les bidonvilles et les prisons et fait don d »une grande partie de sa fortune aux pauvres. Il passe également beaucoup de temps à écrire pour s »opposer aux catholiques français libéraux et à leur chef, l »évêque Dupanloup.

C »est à cette époque que Donoso Cortés publie son Ensayo Sobre el Catolicismo, el Liberalismo, y el Socialismo Considerados en sus Principios Fundamentales (1851), ou Essais sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme, considérés dans leurs principes fondamentaux, l »ouvrage pour lequel il est le plus connu. Il a été écrit sur l »insistance de Louis Veuillot, qui était un ami intime de Juan Donoso. Cet ouvrage place Cortés au premier rang des apologistes catholiques et fait de lui un défenseur de l »ultramontanisme. Il s »agit d »une exposition de l »impuissance de tous les systèmes philosophiques humains à résoudre le problème de la destinée humaine et de la dépendance absolue de l »humanité vis-à-vis de l »Église catholique pour son salut social et politique. Il dénonce le libéralisme comme étant le pont qui mène finalement au socialisme athée.

Au cours de ses dernières années, il s »engagea également dans une série de correspondances qui développèrent davantage sa pensée ; tout d »abord avec l »ancienne reine régente Maria Christina ; avec le cardinal Fornari, nonce apostolique en France ; et Atanazy Raczyński, noble polonais et ambassadeur de Prusse en Espagne, qui était un ami proche de Donoso. Il entretint également une brève correspondance avec le pape Pie IX, qu »il mit en garde contre la menace constante du gallicanisme et de la démocratie. De nombreuses idées de Donoso seront intégrées à l »encyclique Quanta Cura de Pie et au Syllabus des erreurs qui y est joint.

Juan Donoso Cortés est mort à l »ambassade d »Espagne à Paris le 3 mai 1853. Ses funérailles ont eu lieu dans l »église église de Saint Philippe du Roule à Paris, où il sera enterré. Sa dépouille a été transférée à Madrid le 11 mai 1900, en même temps que celles de Goya, Moratin et Melendez Valdes. Ses restes sont actuellement enterrés dans le panthéon du cimetière royal de San Isidro el Real.

Les œuvres de Donoso Cortés ont été rassemblées en cinq volumes à Madrid (1854-1855) sous la direction de Gavino Tejado.

Dans son ouvrage Théologie politique (1922), le philosophe politique Carl Schmitt consacre une grande partie de son dernier chapitre (« De la philosophie contre-révolutionnaire de l »État ») à Donoso Cortés, le félicitant d »avoir reconnu l »importance de la décision et du concept de souveraineté. Schmitt attribue également au Discours sur la dictature de Donoso le mérite d »avoir initié la disparition de la notion progressive de l »histoire.

« Le véritable progrès consiste à soumettre l »élément humain qui corrompt la liberté, à l »élément divin qui la purifie. La société a suivi une autre voie en regardant comme mort l »empire de la foi ; et en proclamant l »empire de la raison et de la volonté de l »homme, elle a rendu absolu, universel et nécessaire le mal qui n »était que relatif, contingent et exceptionnel. Cette période de rapide régression a commencé en Europe par la restauration de la littérature païenne, qui a entraîné successivement la restauration de la philosophie païenne, du paganisme religieux et du paganisme politique. A l »heure actuelle, le monde est à la veille de la dernière de ces restaurations, – celle du socialisme païen. » (Lettre à Montalembert, 4 juin 1849.)

 » Il suit de là que l »Église seule a le droit d »affirmer et de nier, et qu »il n »y a pas de droit en dehors d »elle d »affirmer ce qu »elle nie, ou de nier ce qu »elle affirme « . Le jour où la société, oubliant ses décisions doctrinales, aura demandé à la presse et au tribun, aux journalistes et aux assemblées, ce qu »est la vérité et ce qu »est l »erreur, ce jour-là l »erreur et la vérité seront confondues dans toutes les intelligences, la société entrera dans les régions de l »ombre, et tombera sous l »empire des fictions… »

 » L »intolérance doctrinale de l »Église a sauvé le monde du chaos. Son intolérance doctrinale a mis hors de question les vérités politiques, domestiques, sociales et religieuses – vérités primitives et saintes, qui ne sont pas sujettes à discussion, parce qu »elles sont le fondement de toutes les discussions ; vérités qui ne peuvent être mises en doute un instant sans que l »entendement, à ce moment-là, n »oscille, perdu entre la vérité et l »erreur, et que le miroir clair de la raison humaine ne soit souillé et obscurci… »

Traductions en anglais de Donoso Cortés

Sources

Sources

  1. Juan Donoso Cortés
  2. Juan Donoso Cortés
  3. ^ a b c d Herrera 2007, p. ix
  4. « […] il passa insensiblement d »une philosophie de l »histoire, telle que celle dont il développe les grandes lignes dans ses études sur Jean-Baptiste Vico, à la théologie de l »histoire qui constitue la toile de fond de son célèbre Essai » (Chaix-Ruy, Jules, Donoso Cortés – Théologien de l »histoire et prophète, Paris, Beauchesne, 1956, p. 10.)
  5. Chaix-Ruy, op. cit., p. 28-29.
  6. Traduit par Albéric de Blanche et publié dans L »Univers du 25 janvier 1849, disponible sur Gallica.
  7. Mark D. Warden: Dunoso Cortés on Politics and Economics. In: Il Politico. Band 34, Nr. 4, 1969, S. 739.
  8. ^ [1]
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Ads Blocker Detected!!!

We have detected that you are using extensions to block ads. Please support us by disabling these ads blocker.